TÉLÉCHARGER LA MERDITUDE DES CHOSES A GRATUITEMENT

En ce moment sur Babelio: En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence. Quelqu’un a-t-il jamais espéré autant que moi avoir été trompé? Lire les 58 micro-critiques. Les frères Strobbe sont affreux, sales mais pas vraiment méchants, ils sont juste totalement stupides!

Nom: la merditude des choses a
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 64.32 MBytes

Ce premier roman autobiographique de Dimitri Verhulst , paru en traduit du néerlandais par Danielle Losman aux éditions Denoël , et ensuite adapté au cinéma par Félix van Groeningen, réussit à raconter crûment, avec truculence et un humour chevillé au corps, son enfance dans un milieu très pauvre où, pour assumer le manque d’argent, le confort et l’aisance sont présentés par les hommes comme les preuves patentes d’un manque de virilité. J’aurais sans doute dû rire, mais je n’ai pas ri! Nationalités belge , néerlandais. La Merditude des choses m’a d’abord fait penser à une sorte de Ken Loach en Belgique C’est tragico-comique, comme la vie! La reproduction sociale de la misère.

Suivre son activité abonnés Lire ses critiques. Suivre son activité abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité 1 abonné Lire ses 8 critiques. Suivre son activité abonnés Lire ses 2 critiques.

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses critiques. Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité 2 abonnés Lire ses critiques. Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 86 critiques. Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 57 critiques. Suivre son activité 11 abonnés Lire ses critiques. Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité abonnés Lire ses 7 critiques. La Merditude des Choses.

Votre avis sur La Merditude des Choses? Trier par Critiques les plus utiles Critiques les plus récentes Par les membres ayant fait le plus de critiques Par les membres ayant le plus d’abonnés. L’homme le plus classe du monde. La nouvelle vague française avait « à bout de souffle » de Godard, la nouvelle vague belge a désormais « la merditude des choses » de Felix Van Groeningen.

Cette merditude est l’incarnation du nouveau cinéma néerlando-belge dont font partie les films de Bouli Lanners, d’Alex Van Warmerdam, Koen Mortier ou Delepine et Kervern qui sont français, mais bon Un cinéma magnifique qui parvient toujours à mélanger avec talent le réalisme cradingue de Strip-Tease et l’humour gras et malté d’un sketch de groland, mais non sans oublier d’y placer un délicat soupçon de mélancolie. Il en résulte de formidables ovnis, toujours à mi-chemin entre le drame social et la comédie surréaliste dont « la merditude des choses » est le chef d’oeuvre indétrônable du genre.

LA MERDITUDE DES CHOSES

FB facebook TW Tweet. Peinture sociale de la belgique populaire, marginale et paumée. Malgré cela ce film est touchant et pas glauque! C’est le premier film de Felix Van Groeningen que je regarde et j’avais entendu dire que c’était un bon réalisateur. Je n’ai pas été déçu du résultat: Groeningen nous plonge dans le monde de la Belgique profonde, nous montre l’envers du décor sans concession.

Il ne nous épargne rien: Il dresse ici le portrait passablement désabusé d’une société pourrie jusqu’à la moelle, en train de perdre ses valeurs et ses traditions saines, au profit de la débauche et de la subversion ici dans les moeursjusqu’à atteindre un niveau de violence hallucinant et totalement gratuit: Heureusement, les choses finissent tant bien que mal par s’améliorer pour Gunther, mais le constat est déplorable: Les acteurs illustrent à merveille cet état d’esprit général et jouent tous habilement à être les plus dépravés possibles, mes respects pour eux.

  TÉLÉCHARGER COREL WORDPERFECT GRATUIT GRATUIT

La Merditude des Choses

Franchement, bon boulot Mr Groeningen, car oser faire un film comme ça, qui interroge, qui dérange, ça n’est pas à la portée de choaes le monde. Une vraie bonne surprise. Je m’attendais à une sorte de ‘La vie est un long fleuve tranquille’ en un peu plus trash. Et finalement, c’est un film touchant, qui aborde des sujets lourds sur la responsabilité du père, sur l’égalité des chances ou sur les blessures indélébiles du passé avec de la tendresse mais également vhoses la colère.

Le film est réalisé avec une grande sobriété, caméra à l’épaule dans des décors réels. Le jeu des acteurs sonne juste. Particulièrement poignant lorsqu’on vient soit-même d’un milieu populaire mrrditude que l’on a un peu honte de ses proches, même si on les aime beaucoup.

Ce film a fait l’objet d’un « buzz » assez étonnant, le fait que les acteurs du film aient fait un tour en vélosur la Croisetteen tenue d’Adam et d’Eve, n’étant certainement pas étranger à la chose. Un « buzz  » assez étonnant, car le film lui-même ne casse pas 3 pattes à un canard.

J’aurais sans doute dû rire, mais je n’ai pas ri! Le trait est en général beaucoup trop gros: Le cinéma belge nous a offert beaucoup, beaucoup mieux.

Film noir tout en couleurs ou film sur la laideur plein de beauté, c’est selon. Les deux Gunther Strobbe l’ado et l’adulte réajustent, par leur talent, l’équilibre qui aurait pu se perdre à cause des flash-backs.

la merditude des choses a

La plupart des autres interprètes et la musique font le reste, et on se laisse porter: Gunther à 13 ans ; il vit avec son père, sa grand-mère et ses trois oncles, tous des marginaux. Son père postier dépense sa paie au bistro pour éviter les tentations capitalistes. Le jeu des acteurs est époustouflant: Gilda De Bal joue la mémé protectrice, les oncles: Sans oublier le prometteur Kenneth Vanbaeden, très convaincants dans le personnage de Gunther à 13 ans.

Le scénario est sans compromis: Une très belle histoire, Spoiler: Le cinéma belge n’arrête pas de me surprendre et de me choess. Felix Van Groeningen nous délivre une très belle réalisation, un excellent film à l fois drôle et dramatique.

Une comédie dramatique attachante à ne manquer sous aucun prétexte. Excellent film poilant jusqu’au bout. Vu il y a quelques temps déjà, mais en visionnant Alabama Monroe, je me suis rappelé à quel point les belges peuvent être bons parfois.

A voir en VO, bien sûr Entre le réalisme social des frères Dardenne, l’humour trash de certaines comédies belges contemporaines et la truculence d’un Ettore Scola, dans la veine d’Affreux, sales et méchants, Felix van Groeningen a voulu créer un mariage détonant de beauferie, de rudesse, de drôlerie, de mélancolie.

Pari à moitié réussi. Certes, on se laisse porter par merditudw, non sans plaisir, mais le scénario apparaît faussement original. Il s’articule autour d’un personnage mal né qui va échapper à son destin.

La merditude des choses – Dimitri Verhulst – SensCritique

Et la distance pas forcément aimable que le narrateur établit avec son milieu d’origine empêche la sympathie. Au mieux, la présentation de cette famille est prétexte à une galerie « pittoresque » de portraits, une série amusante d’anecdotes, mais sans véritable amour des personnages, et donc sans émotion. Le réalisateur a beau recourir parfois à la musique liturgique! Coup de coeur pour ce film qui parvient à la fois à être fort drôle et triste.

  TÉLÉCHARGER LG VIEWTY THEME MANAGER 3.2

Ca m’a fait penser à l’emission Strip Tease avec un bon scénario et des personnages qui arrivent à avoir une certaine épaisseur. Un film beau, pathétique et grave. Le réalisateur, Felix Van Groningen, rend attachant le héros, Ghunter mais aussi le père et ses trois frangins. L’alcool tient aussi le role principal. C’est un festival de comportements insconcients, méprisants sauf quand il s’agit de défendre l’ « honneur » des frères. Ce ce mode de vie deviendra autodestructeur pour la famille.

Grandir passera par la rupture pour le jeune Ghunter Plusieurs grandes scènes dont une fabuleuse, ou le héros observe sa ville depuis le train, l’arrières du décor, ses longs paysages désolés, ses linges étendus. Cinglant, dur mais aussi humain, drole et poétique. Eh bien, il fallait oser nous la faire celle-là! Vaguement vulgaires et bourrés en permanence, ces cousins Belges d' »Affreux, sales et méchants » mais en nettement plus sympathique savent en effet nous réjouir à maintes reprises par leur humour décapant et somme toute franchement culotté, si bien que les éclats de rire ne manquent la grande majorité du temps.

De plus, l’oeuvre adopte avec réussite cette idée si casse-gueule qu’est de « passer du rires aux larmes » d’une scène à une autre, le film ne tournant jamais ni à la grosse pochade creuse et vide de sens ni au mélo gnangnan. Au contraire, Felix Van Groeningen plonge avec bonheur son film dans un constat social implacable et souvent fort bien vu, et ce sans pour autant donc oublier l’aspect très bon enfant de l’entreprise.

la merditude des choses a

Quel dommage alors que le film se perde dans une dernière-demie heure pas loin de l’ennui et quasiment hors-sujet, heureusement là encore égayée par quelques répliques délectables, mais qui laissent tout de même un léger goût d’achevé, pour ne pas dire de frustration tant l’ensemble avait su jusqu’alors se faire jubilatoire Reste que c’est chhoses meilleur que l’on garde finalement en mémoire de cette « Merditude des choses », avec la certitude que ce genre d’expérience cinématographique risque de ne plus arriver de sitôt.

Les Strobbe sont des affreux, sales, mais pas méchants Flamands aucun d’entre eux ne peut en effet être comparé au redoutable Giacinto Mazzatella de Scola. Günther a réussi à sortir de ce lumpenprolétariat – il est devenu écrivain à succès – mais il ne renie pas sa famille de marginaux et fait revivre ds enfance, pourtant peu idyllique, sans complaisance, mais avec beaucoup de tendresse et un humour des plus décapants. Felix van Groningen adapte avec bonheur l’oeuvre très autobiographique de Dimitri Verhulst pour un résultat emballant, quelque part entre « Strip-tease » et un hallucinant document ethnographique d’une part, et un récit d’apprentissage et de vocation littéraire d’autre part.

Distribution hors pair par ailleurs pour cette inénarrable tribu belge. Les meilleurs films de tous les temps.